Vineuil en Transition

Accueil » Energie

Archives de Catégorie: Energie

Quelles solutions locales aux enjeux climatiques et environnementaux ?

C’était le thème de la soirée participative organisée par Vineuil en Transition le 31 janvier 2020 à la salle des fêtes de Vineuil.

Cette soirée s’est déroulée en 3 temps :

Près de 130 personnes étaient présentes dont de nombreux membres d’institutions ou d’association : la Région, Agglopolys, la commune de Vineuil, des candidats à l’élection municipale de Vineuil et Vendôme, l’AMAP de Vineuil, l’AMAP de Mer, Vineuil Environnement, Vineuil Patrimoine, les Colibris 41, Extinction Rebellion Blois, école des Girards, Collège Marcel Carné, Fleurs et Vie, Jard’un pour tous, Brin de paille (réseau de permaculture), Résistance climatique, Val de Cher en Transition, Greniers de Vineuil, Mont Demain, Blais’watt, Energies vendômoises, Energie Partagée, Enercoop, La Gabarre du Loir-et-Cher (monnaie locale), CDPNE, Vélo 41…

Les grandes lignes de la conférence de Gildas Véret

D’après Gaël Giraud, chef économiste de l’AFD (Agence Française de Développement) et prêtre jésuite, « Il y a une urgence à prendre conscience de la gravité des enjeux qui sont devant nous. » et « Si on ne fait rien, on avance vers des décennies qui vont être littéralement catastrophiques pour une bonne partie de l’humanité dans les pays du sud. ».

Pour maintenir le réchauffement climatique sous les 2°C à l’horizon 2100 (et limiter ainsi les impacts du dérèglement climatique), il faudrait que chaque habitant de la planète n’émette pas plus de 2 tonnes de CO2 par an. Or, un français émet en moyenne près de 12 tonnes de CO2 par an (environ 2,4 t pour notre alimentation, 2,7 t pour notre logement, 2,9 t pour nos déplacements, 2,6 t pour nos biens de consommation et 1,5 t pour les services publics).

La solution est donc simple : il faut très rapidement diviser par 6 nos émissions de GES (gaz à effet de serre) autrement dit, faire rentrer 1m20 (12 tonnes) dans 20 cm (2 tonnes).

C’est même devenu un objectif officiel depuis l’adoption par la France en 2015 de la Stratégie Nationale Bas Carbone intégrée à la Loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte.

Pourtant, les actes de nos dirigeants sont toujours à l’opposé des engagements pris que ce soit ceux du Protocole de Kyoto de 1997, du facteur 4 validé par le Grenelle de l’Environnement de 2007 ou ceux de la COP 21 de 2015. Et, de fait, nos émissions de GES continuent à augmenter.

Inutile de rêver à une source massive d’énergie décarbonée qui viendrait nous sauver la mise, elle n’existe pas. Nous ne couperons pas à une diminution drastique de notre consommation, en premier lieu d’énergie.

Mais, on peut vivre parfaitement heureux dans un monde décarboné. Pour preuve, plusieurs membres de Résistance Climatique, dont Gildas et son épouse, ont réussi à descendre en dessous de la barre des 2 tonnes de CO2 émises par an et ne s’en portent pas plus mal. Pour y arriver, ils ont pris 3 engagements principaux :

  • ne plus prendre l’avion et rouler moins de 2 000 km/an en voiture ;
  • se nourrir d’aliments 100 % bio, locaux, de saison, en mangeant de la viande 1 à 2 fois par mois au plus ;
  • ne plus acheter d’appareils électroniques neufs.

En plus, les membres de Résistance Climatique incite chacun à peser sur les institutions (Etat, collectivités, entreprises…) pour qu’elles respectent l’engagement de la France de diviser par 6 ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050.

Les changements à mettre en place peuvent paraître inatteignables. Gildas reste cependant persuadé que chacun peut trouver les solutions les mieux adaptées à sa situation. L’important est de se mettre tout de suite en chemin, car les changements à mettre en œuvre ne peuvent pas se faire du jour au lendemain.

Dans ce contexte, la permaculture et des mouvements comme les villes en Transition sont des outils qui peuvent nous aider individuellement et collectivement sur le chemin d’un avenir décarbonné et heureux.

Quelques unes des propositions des citoyens faites au cours des ateliers de réflexion

Alimentation

  • Soutenir le développement des circuits courts : Amaps, magasins de producteurs… ;
  • Étendre les zones agricoles protégées à un maximum de commune ;
  • Créer des régies municipales avec des maraîchers salariés pour fournir les restaurants scolaires…

Pour plus de détails, consultez notre article Les propositions sur l’alimentation.

Biodiversité

  • Favoriser l’implantation/le maintien de haies champêtres partout ou c’est possible ;
  • Limiter au maximum l’imperméabilisation des sols ;
  • Prendre en compte des critères environnementaux dans les projets d’aménagement locaux…

Pour plus de détails, consultez notre article Les propositions sur la biodiversité.

Énergie

  • Mener une campagne d’isolation des bâtiments publics ;
  • Organiser/participer à des concours d’économie d’énergie (à l’image du défi familles à énergie positive) ;
  • Produire localement de l’énergie renouvelable via, par exemple, des collectifs citoyens comme Blais’Watt ou Energies Vendômoises

Pour plus de détails, consultez notre article Les propositions sur l’énergie.

Mobilité

  • Favoriser le covoiturage local grâce à un site web ou une application dédié ;
  • Développer les transports collectifs avec de plus petits mais plus fréquents ;
  • Elargir la subvention de l’agglomération aux vélomobiles ou vélos-cargo

Pour plus de détails, consultez notre article Les propositions sur la mobilité.

Un dimanche au Jardin de la Bonne Dame

Dimanche 7 octobre 2018, les jardiniers de la Bonne Dame s’étaient donnés rendez-vous.

Au programme:

Cueillette!

 

Observations!

 

 

Recherche de pommes de terre!

 

 

Encas offert par Florin!

DSC00226

Nous avons, également, délimité le terrain, les zones qui concernent le parking, la zone de dépôt. Nous avons  discuté de l’emplacement des zones de culture, des zones de prairie, des chemins d’accès pour les véhicules… Tout cela apparaîtra sur le prochain plan!

 

 

 

Vendôme en route pour le renouvelable citoyen

Energies-vendomoises-est-en-marche_image_article_large

Le 30 mars 2017 naissait « Énergies vendômoises », une nouvelle association dont l’objectif est de porter des projets citoyens de production d’énergie renouvelable.

Nous sommes assez fier qu’Énergies vendômoises se soit inspirée de notre mode de fonctionnement. Et pour cause, Dominique Billoin, également membre de Vineuil en Transition, fait partie de son Comité de Pilotage.

Retrouvez plus d’informations dans l’article « Énergies vendômoises est en marche » paru dans la Nouvelle République du 2 avril 2017.


Photos © Nouvelle République

« Power to change » aux Lobis

Le film Power to Change : La Rébellion Énergétique sera projeté aux cinéma Les Lobis vendredi 17 février 2017 à 20h30.

Le film présente une vision d’avenir : un système de fourniture d’énergie démocratique, durable et d’un coût abordable, à partir de sources 100% renouvelables.
Le film nous entraîne dans un voyage à la découverte d’un pays où des centaines de milliers de personnes — les rebelles d’aujourd’hui — transforment cette vision en une réalité concrète. Des pionniers combatifs, des bricoleurs amateurs, luttant pour la révolution énergétique grâce à des technologies innovantes et surprenantes. Passionnés et pleins d’espoir, ils acceptent les revers et célèbrent leurs succès.
L’avenir de l’énergie du monde est lié à des sources décentralisées et propres, 100% renouvelables. Ce film est un plaidoyer impressionnant pour une mise en œuvre rapide de la révolution énergétique. (source ALLOCINE)

Affiche Power To Change

Enregistrer

Méthanisation : atouts et enjeux pour un développement local durable

Le mardi 6 décembre à 20h30, le CDPNE organise une conférence sur le thème de la méthanisation. Cette conférence se poursuivra le lendemain par une visite d’une unité de méthanisation dans la région de Vendôme.

8-06-12-16-flyer-conference-methanisation

9-07-12-16-flyer-visite-site-methanisation

Enregistrer

Enregistrer

La transition énergétique avec les citoyens

Le 25 novembre 2016 à 20h à la Salle Jean Cros (131 route de Châteaurenault à Blois), le collectif « Sortir du Nucléaire 41 » vous invite à une conférence-débat lors de laquelle Jacques Pallas, Maire de Saint-Georges-sur-Arnon (36), parlera de sa commune devenue l’emblème du développement éolien.
Là-bas, depuis 2009, un parc éolien fonctionne à merveille avec beaucoup de retombées économiques et fiscales qui ont permis à la commune de financer d’autres projets et de baisser les impôts locaux.
Ce projet éolien est devenu aujourd’hui un projet global de territoire à « énergie positive ». Il privilégie le financement participatif et citoyen. Depuis 2016, il vise une réduction de 20 % des gaz à effet de serre, une production de 20 % d’énergie renouvelable et 20 % d’efficacité énergétique.

Défi-Énergie Climat : Ensemble pour économiser – Édition 2016

faep

C’est reparti pour l’édition 2016 du Défi-Énergie Climat organisé par l’Adème, Prioriterre et la Région Centre.

Il est encore temps de s’inscrire.