Vineuil en Transition

Accueil » Alimentation » Propositions sur l’alimentation

Propositions sur l’alimentation

Alimentation

Animation : Anne de la ferme de la Guilbardière.

Scribe : Jean-Michel de Vineuil en Transition.

Participants : 12 personnes.

Les propositions du Pacte pour la Transition

  • Appuyer la structuration de filières paysannes, bio et locales, rémunératrices pour les agriculteurs et agricultrices
  • Préserver et mobiliser le foncier agricole et accompagner l’installation de nouveaux agriculteurs et agricultrices dans une logique paysanne
  • Proposer une alimentation biologique, moins carnée, locale et équitable dans la restauration collective.

Les propositions d’actions locales de l’atelier Alimentation

Le groupe a relevé plusieurs actions positives déjà en place sur les communes de Vineuil et Mont-près-Chambord :

  • Zones agricoles protégées dans le POS des 2 communes ;
  • Amap existante à Vineuil et en création à Mont-près-Chambord ;
  • Intérêt des cuisiniers scolaires pour les produits locaux ;
  • Terrains mis à disposition par la municipalité pour la création de verger et jardins partagés ;

Développer des filières paysannes, bio et locales

  • Soutenir le développement des circuits courts : Amaps, magasins de producteurs… ;
  • Peser sur les évolutions de la PAC en obtenant, par exemple, que les subventions soient accordées par personnes exploitantes et non plus par hectares cultivés ;
  • Favoriser la polyculture élevage afin d’avoir des régions agricoles moins spécialisées et plus résiliente.

Préserver le foncier agricole et accompagner l’installation de nouveaux agriculteurs

  • Étendre les zones agricoles protégées à un maximum de communes. Cela permettra de favoriser les nouvelles installations au détriment de l’agrandissement des fermes existantes ;
  • Soutenir le développement de GFA (groupement foncier agricole) avec l’investissement citoyen en partenariat avec les SAFER (société d’aménagement foncier et d’établissement rural).
  • Soutenir l’installation de jeunes agriculteurs, par exemple via des aides régionales ou départementales spécifiques.

Proposer une alimentation biologique, locale et moins carnée dans la restauration collective

  • Inciter la restauration collective à travailler davantage avec des produits locaux et de saison ;
  • Créer des régies municipales avec des maraîchers salariés pour fournir les restaurants scolaires ;
  • Être vigilant au gaspillage alimentaire et mettre en place une valorisation des restes (déjà le cas dans le restaurant scolaire de Vineuil) ;
  • Sensibiliser les enfants, mais aussi les adultes (qui sont de gros consommateurs d’aliments ultra-transformés) à l’intérêt d’une alimentation biologique, locale et moins carnée ;
  • Réapprendre à cuisiner et manger, et bannir les aliments ultra-transformés.

Attention à ne pas mettre en péril pour autant la polyculture élevage locale qui, en assurant la fertilité des sols à long terme, est un pilier de l’agriculture durable. Il y a viande et viande : il ne faut pas confondre la viande issue de l’agriculture paysanne locale et la viande issue d’élevages industrielles d’Europe de l’Est ou plus loin. Cette remarque s’applique également aux produits laitiers.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :